Good Contents Are Everywhere, But Here, We Deliver The Best of The Best.Please Hold on!
137 avenue Kasa Vubu à Kinshasa
Blog


Comment réussir son business de taxi ou de transports en Afrique ?
 
Tu souhaites avoir un business qui tourne tout seul une fois lancé ?
 
Tu veux créer de la valeur et de la richesse en Afrique, et ainsi devenir un acteur de l’économie africaine ?
 
Tu es issu de la diaspora ou pas, et tu souhaites investir en Afrique ?
 
Alors cette formation est faite pour toi ! 
 
Rejoins vite les membres de la formation GoTransport pour te créer toi aussi des revenus supplémentaires chaque mois ! 
 
Profite de l’offre de lancement pour cette formation qui augmentera chaque semaine jusqu’à atteindre son prix définitif. 
 
Fais partie de ceux qui passent à l’action ! 
 
Suis le lien suivant pour t’inscrire :

https://lcdb-invest.systeme.io/Gotransportachat



0

Blog
Je viens de publier une nouvelle vidéo sur ma chaîne YouTube. 
 
On va se mettre en mode Jarod de la série « Caméléon », pour apprendre des autres.
 
 Cette fois-ci, nous allons parler des Chinois et de leur manière de faire dans le business en Afrique.
 
N’hésite pas à me dire ce que tu penses de cette vidéo dans les commentaires sur YouTube.
 
 À ton succès !
 Joël Kolela

0

Je viens de publier une nouvelle vidéo sur ma chaîne YouTube. 
 
Je réponds à une question qui m’est souvent posée : « Par où commencer ? »
 
Je te donne 2 conseils simples à mettre en place pour passer rapidement à l’action, et ainsi savoir si ton projet est viable ou non.
 
Tu comprendras que dans le business, le temps c’est de l’argent. Ainsi, avec ces deux conseils je te fais gagner beaucoup de temps.

Dis moi si tu es partant pour investir en Afrique, dans les commentaires sur YouTube.
 
 À ton succès, 
Joël Kolela


0

Cette fois-ci je traite d’un sujet assez sensible : celui d’une société, en l’occurrence celle de Bolloré, qui a fait fortune en Afrique alors que cette dernière n’est pas du tout Africaine. 

Je voudrais te sensibiliser sur un fait. En effet, ce n’est pas parce qu’un pays est soit disant « politiquement instable » ou en « pré-guerre », qu’il ne faut pas investir là-bas. 
 
Dis-moi ce que tu en penses ? Et serais-tu prêt à investir dans des pays en récession comme Bolloré l’a fait ?
 
À ton succès, 
Joël Kolela


0

Dans cette vidéo j’aborde un point, qui peut être perçu comme étant tabou pour certains, pour d’autres pas. Il s’agit du soutien (souvent financier) que l’on apporte à sa famille, ou ses proches restés au pays.
 
Bien entendu, il est tout à fait normal d’aider sa famille, surtout si celle-ci rencontre des difficultés sur le plan de la santé, matériel, financier, etc. 
 
Ce sujet du soutien de sa famille restée au pays peut parfois chagriner un grand nombre de personnes. En effet, certains le font par obligation, et d’autres veulent aider de bon cœur. Ces derniers voudraient parfois soutenir davantage leurs proches mais ne le peuvent pas faute de moyens.
 
Dans cette vidéo je vais te donner 2 solutions à mettre en pratique pour pouvoir aider ta famille sans que cela ne soit un fardeau pour toi, mais qu’au contraire, cela devienne un plaisir.
 
N’hésite pas à me dire ce que tu penses ? Tu peux aussi me dire en commentaires sur YouTube combien tu envoies à ta famille restée au pays.
 
A ton succès, 
Joël Kolela


0

COACHING Privé

Fini le statu quo !

Emboite le pas et passe à la vitesse supérieure en prenant une offre de coaching privé téléphonique avec Joël Kolela.


               1H00 ou 2h

              Téléphone ou Whatsapp


              147 €   97 €



En savoir plus 

1h00 ou 2h00 d’échange téléphonique pour définir votre stratégie, répondre à vos questions ou analyser un projet
0

Blog

Investir en Afrique : 3 Clés pour éviter la faillite

Je tenais à faire cet article tant il est vrai que l’Afrique regorge d’opportunités. Rien que le fait d’y penser, je suis très excité à l’idée de savoir l’ampleur de ce qu’il y’a à faire ! Comme j’aime communément le dire : l’Afrique, c’est la terre de toutes les possibilités ! On peut se lever le matin, avoir une idée et en peu de temps, avec peu de moyens, réaliser le projet que l’on a en tête ! En y pensant, cela peut sembler complètement fou, et pourtant c’est vrai ! C’est ce que certains appellent l’innovation « frugale » (traduction en français : « le système D »).

Ceci étant dit, le fait d’avoir autant de possibilités à portée de main ne doit pas nous faire oublier certains prérequis. Parmi ceux-ci, je te citerai les plus importants à mes yeux. Tout d’abord, il est impératif  de bien cibler le marché et de mener une étude approfondie de celui-ci. Je me rappelle qu’une fois lors d’un rendez-vous de crowdfunding dans Paris,   j’ai eu l’agréable opportunité de discuter avec un banquier avec qui j’ai gardé bon contact. Ce dernier travaillait à la banque BOA de Côte d’Ivoire. Il était spécialisé dans la branche « investissement ». Lorsque je lui ai fait part de mes investissements et de mon engagement pour l’Afrique, il m’a salué et félicité. Mais, il m’a fait savoir, le ton agacé, qu’il était rentré en France tout simplement parce qu’il en avait assez de voir, permettez-moi l’expression, « des plaisantins » qui se lançaient dans une affaire sans business plan, sans avoir étudié correctement leurs marchés et donc qui étaient voués à essuyer échec sur échec. Tu dois savoir qu’en Afrique, comme ailleurs, il te faut considérer ton banquier comme un partenaire pour l’expansion de tes affaires. Le fait d’entretenir une relation étroite avec ton banquier t’assure un gage de sécurité et de sérénité notamment pour les prises de contrat public (j’en parlerai dans un autre article) et le déblocage de fonds.

Cette riche discussion avec ce banquier m’a donné envie d’écrire cet article. J’ai tiré trois points de cet échange, qui à mon sens sont des clés que tout investisseur désirant s’installer sur le marché africain  doit avoir bien en tête. Et ceci est vrai, quel que soit le niveau de maturité de ton projet. Bien entendu, je reste persuadé qu’il y’ a d’autres clés plus spécifiques au business dans lequel tu comptes te lancer.  Cela dit, les clés que je m’en vais te présenter me semblent fondamentales quelle que soit l’activité que l’on souhaite lancer sur le continent. Si tu n’as pas encore en tête ces points, je te conseille vivement de les prendre en compte. Ça te permettra de gagner du temps, de l’argent et d’être encore plus armé que tu ne l’es déjà !

 

Les 3 clés pour éviter la faillite

 

1 – Réaliser un Business Plan solide qui inclut le « facteur risque »

Contrairement à la pratique en Europe, lorsque je fais un business plan pour un investissement en Afrique, j’inclus une case sur mes prévisions à 3 ans, c’est la case « facteur risque ». Que contient cette case ? C’est tout simplement une estimation de tous les imprévus que j’anticipe et que j’imagine pouvoir arriver durant le  projet, de la phase de démarrage à la phase finale, l’entrée en l’exploitation réelle qui est le lancement des activités. Je peux t’assurer qu’il y’a des surprises en tout genre. En pratique, je provisionne entre 8% et 15% du budget global.  Donc pour avoir le moins d’inquiétudes possible,  il te suffit simplement d’inclure cette case dans ton tableau. Tu auras alors de quoi rebondir et au pire, cela te fera de la trésorerie (FDR) en plus lors du lancement.

2- Savoir prendre son temps

Le titre te paraît-il surprenant ? J’imagine que oui. Je t’explique. A mon sens, et sans vouloir être péjoratif, le rapport au temps est un peu différent selon qu’on soit en Europe ou en Afrique. Ne pas prendre en compte ce point peut causer beaucoup de pertes financières et de temps. L’investisseur en Afrique doit être prêt à accepter que les choses ne se font pas toujours aussi vite qu’en Europe il faut appliquer la Loi de Murphy plus qu’ailleurs ( Loi de Murphy : toute chose prend plus de temps qu’on ne l’avait prévu ) . Chose improbable en Europe mais réaliste en Afrique, le timing qu’on se fixe pour réaliser une tâche, honorer un rendez-vous, demander un service doit toujours être surestimé pour éviter toute surprise. Des anecdotes relatives à ce que j’avance, j’en ai beaucoup. Pour être plus concret au regard de mon expérience, voici un exemple. On a eu un retard de 5 mois sur l’ouverture de notre boutique à  Kinshasa, car la société de Fret s’était engagée sur  des dates successives de livraison de notre marchandise qu’elle n’honorait pas. Elle annonçait une date puis à la dernière minute, elle la reculait. On s’était mis d’accord sur une date car on avait déjà pris nos billets pour Kinshasa.  Arrivés en Afrique, une fois les travaux de la boutique terminés, nous devions aller récupérer la marchandise. Le jour convenu, la société de Fret nous indique que le camion livreur est en panne dans la brousse. Mais en réalité, la marchandise n’était pas arrivée.  J’ai dû faire un aller/retour en France pour régler certaines choses et revenir réceptionner la marchandise et faire l’inventaire avec mon vendeur. Si tout comme moi, tu te lances dans l’import/export, assures-toi au préalable que la marchandise est bien arrivée sur place. Je te recommande de t’appuyer sur une personne tierce en qui tu peux faire confiance et ensuite de prendre ton billet pour poursuivre l’aventure. Si tu es dans un autre business, rajoute un espace-temps entre chaque étape de ton projet afin d’être certain que tu pourras  démarrer sereinement.

 

3 – S’entourer d’une bonne équipe

Tu te doutes bien comme moi, qu’une bonne entreprise se bâtit avec une bonne équipe. Je tiens à souligner que plus qu’en Europe, l’équipe doit être choisie avec soins. Si tu n’en as ni le temps ni les compétences, je te conseille de déléguer cette tâche à une société de prestations de services. Ceci est d’autant plus efficace si comme moi  tu es amené à ne pas être sur place en permanence. Il va falloir faire en sorte d’avoir une équipe cohérente et en phase avec ta vision et le développement de tes affaires. Je parlerai dans un autre article du recrutement du personnel et comment manager son personnel à distance.

 

J’espère que cet article t’aura plus,dis moi en commentaire ce que tu en pense. N’hésite pas, si tu ne l’a pas encore fait, à télécharger gratuitement mon E-book « 7 raisons d’investir en  Afrique ».


À ton succès
Joël kolela
#GoAfrica

0



Dans cette vidéo tu découvriras deux jeunes femmes entrepreneures, Vanessa et Priscilla, qui ont du talent et qui ont su le mettre en pratique au travers de leur marque qu’elles ont créée !

Les Créations Eden (ou C-Eden), se veut de promouvoir la beauté africaine par le biais des vêtements, des accessoires de mode, des objets déco pour votre intérieur, et autres…

Lien de leurs site

Lien de leurs page Facebook


PS : Si tu ne l’as pas encore fait, je t’invite à télécharger gratuitement mon E-book sur les « 7 raisons d’investir en Afrique »
0




J’ai fait un live sur Facebook, et cette fois-ci, le thème était « Comment lancer un business rentable en Afrique avec moins de 200 $ ? »


Dans cette vidéo je t’explique les barrières qui peuvent nous empêcher de nous lancer dans l’entreprenariat et par conséquent nous empêcher d’exceller dans nos projets.


Tu y découvriras aussi une idée d’un business rentable en Afrique. Je t’explique tout sur ce business et en bonus (gratuits !), je mets à ta disposition des liens pour te documenter sur le sujet afin que tu puisses voir que ce business fonctionne en Afrique.


RECYCLAGE DE BOUTEILLES EN PLASTIQUE

👉 Les étapes du recyclage et quel type de bouteilles à recycler 

👉 Pour créer la machine de recyclage 

👉 Témoignages de personnes qui se sont lancées dans le recyclage :

💪🏽 Témoignage 1 

💪🏽 Témoignage 2 

N’hésite pas à me dire dans les commentaires qu’est-ce que tu en penses !
#GoAfrica
 
PS : Si tu ne l’as pas encore fait, je t’invite à télécharger gratuitement mon E-book sur les « 7 raisons d’investir en Afrique »
0




Depuis peu j’ai commencé à faire des lives Facebook pour t’encourager toi et toutes les personnes qui me suivent dans cette aventure !


Dans ces directs Facebook, tu pourras m’écrire et poser tes questions en instantané. C’est très interactif ! Cela nous permet d’avoir un peu plus de proximité, et cela humanise davantage nos échanges.


Dans cette vidéo sur « Le Mindset à avoir pour être un bon investisseur ». J’étais loin d’imaginer que cette vidéo serait un réel succès. En effet, j’ai eu beaucoup de retours positifs sur le contenu de cette vidéo. Beaucoup m’ont fait part de leur prise de conscience sur le fait d’investir, mais aussi d’avoir le mindset qui va avec…


Bon visionnage !
N’hésite pas à me dire dans les commentaires qu’est-ce que tu en penses !
#GoAfrica

PS : Si tu ne l’as pas encore fait, je t’invite à télécharger gratuitement mon E-book sur les « 7 raisons d’investir en Afrique »
0

Blog

Un futur client m’a sollicité parce qu’il souhaite investir à l’étranger, et qu’il s’intéresse aussi à l’Afrique. Mais il se pose beaucoup de questions, notamment sur la stabilité que l’on peut avoir sur ce continent. Du coup, cela le refroidit et le freine dans ses projets d’investissements en Afrique. 

A l’issue de cet échange avec lui, je souhaiterai donc rebondir sur un point qui est important et qui me tient aussi beaucoup à cœur : la stigmatisation véhiculés par les grands médias de la télévision.


Pour continuer, j’ai donc répondu à mon client d’arrêter de regarder la télévision car les médias ont tendance à présenter l’Afrique comme une terre hostile, où il n’y a que pauvreté, famine, guerre, malheur et désarroi. L’Afrique est malheureusement toujours stigmatisée où l’on y montre bien souvent des personnes torse-nu vivant dans des huttes avec leur toit en paille. Je pense qu’à un moment donné, il faut arrêter d’avoir une vision simpliste et erronée de ce merveilleux continent. 


Certes il y a une certaine précarité, certes il y a la famine mais j’ai envie de dire comme partout dans le reste du monde… Que ce soit aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Asie mais aussi en Europe, il y a malheureusement toutes ces réalités difficiles et tragiques, où des personnes vivent sous le seuil de pauvreté.


En revanche, on nous montre que très rarement l’Afrique d’aujourd’hui avec ses infrastructures qui n’ont vraiment pas à rougir face à celles de l’Occident.


L’Afrique d’aujourd’hui ce sont ces hommes et ces femmes brillants qui réussissent dans leur carrière, dans leurs entreprises et qui proposent de la valeur ajoutée à leur pays. Eh oui, même en Afrique il y a des millionnaires et des milliardaires !  


L’Afrique d’aujourd’hui regorge de beauté, de talents innombrables. 


L’Afrique d’aujourd’hui est une puissance économique qui ne demande qu’à prouver de quoi elle est capable ! 


L’Afrique d’aujourd’hui c’est un beau mélange de mixité possédant un patrimoine riche en culture et en histoire.


En bref, l’Afrique d’aujourd’hui mérite de réussir et d’aller encore plus loin, plus haut !


J’ajouterai que pour réussir dans  tes projets il faut avoir une vision claire, savoir aller à contre-courant et ne pas suivre aveuglément tout le monde.


Voici quelques petits clichés de nos belles villes africaines :


   Le Caire ( Égypte ) 


   Nairobi ( Kenya )


  Kinshasa ( RD-Congo)


  Abidjan ( Côte d’Ivoire )


PS : Si tu ne l’as pas encore fait, je t’invite à télécharger gratuitement mon E-book sur les « 7 raisons d’investir en Afrique »

2

Blog
Le rôle de la diaspora africaine en Occident (Europe, États-Unis, Asie, etc) constitue un facteur majeur du développement de l’Afrique à long terme. La diaspora est attendue et appréciée sur le territoire, tant pour son positionnement géographique, linguistique et culturel. L’Afrique en a besoin.



La diaspora fait vivre grand nombre de familles en Afrique, tout pays confondu, par le biais de transactions via mandat cash type Money Gram ou Western Union. Selon l’institution de Bretton Woods, les envois de fonds des migrants ont atteint 429 milliards de dollars américains en 2016. Notons que ce chiffre est en recul de 2,4% en 2015. Selon la Banque Mondiale, les transferts d’argent de la diaspora vers l’Afrique subsaharienne sont en baisse depuis deux ans.

Pour autant, cet indicateur (il y’en a d’autres) prouve que la diaspora constitue l’un des poumons du développement africain. Toutefois, ma conviction et celle de tous les amoureux de l’Afrique est que ce mouvement doit s’accélérer mais, sous l’angle des investissements. La diaspora a sa carte à jouer.

De nombreux africains vivant à l’étranger ont un profond sentiment d’attachement à leurs pays d’origine et veulent contribuer à leur développement. Selon le docteur Girma Tefera, président de l’Ethiopian-American Doctors Group (EADG), basé aux États-Unis, les professionnels appartenant à la diaspora ont un réel désir de changer les choses dans leur pays d’origine grâce à leur expertise et à leurs compétences. « La motivation première de nombre de mes collègues est de redonner à la société de leur pays d’origine dans son ensemble », a dit M. Tefera en parlant des 171 médecins éthiopiens travaillant aux États-Unis qui se sont engagés à donner de leur temps et de leur argent pour un projet de l’EADG consistant à construire un hôpital ultramoderne à Addis Abeba. [Source : http://www.un.org/africarenewal/fr/derni%C3%A8re-heure/les-transferts-dargent-de-la-diaspora-une-source-de-d%C3%A9veloppement ]

Je tiens à souligner que de nombreuses start-up africaines voient le jour et sont en plein essor. Notamment dans le secteur des prestations de services alimentaires (comme Afrimarket et Sasayez.com). Un autre secteur en plein essor, c’est celui des nouvelles technologies. Selon une étude du fonds d’investissement Partech Ventures, les sommes investies dans les entreprises du secteur des nouvelles technologies en Afrique ont bondi de 30% l’an dernier, passant en un an de 276 à 366,8 millions de dollars. « L’investissement dans les technologies à travers toute l’Afrique a été multiplié par 8,7 en quatre ans. C’est tout simplement fou », écrit l’auteur du rapport, Cyril Collon, associé chez Partech Ventures et ancien vice-président des ventes pour l’Europe et l’Afrique du turc Verscom Solutions. Le Nigeria, l’Afrique du Sud et l’Égypte représentent à eux trois près de 80% des investissements dans le secteur des nouvelles technologies en Afrique.

 
C’est donc le moment pour la diaspora de participer encore plus activement à cet accroissement exponentiel des investissements en Afrique. Elle a plusieurs atouts à son égard. D’abord le « brain drain » (drainage des cerveaux). Elle porte en elle tous ces jeunes africains partis pour faire des études. En retournant en Afrique, ils pourraient par leurs savoirs acquis en Occident, transmettre des compétences et des connaissances aux générations à venir et ainsi augmenter le niveau d’apprentissage des travailleurs sur place mais aussi renforcer la capacité et la qualité de production des entreprises africaines.

Ensuite, d’autres peuvent, au travers de leurs économies réalisées en Occident, créer des business rentables qui auront au moins trois conséquences :

• La première : accroître leur patrimoine et richesse personnelle en prévision d’un retour à long terme en Afrique ou comme moi d’augmenter, considérablement leur pouvoir d’achat tout en étant resté en Europe,

• La deuxième : créer de la richesse au service de la « collectivité » dans le pays, baisser donc le taux de chômage, créer de la valeur en transmettant un savoir,

• La troisième : adopter une attitude sociale en soutenant les associations dans leur travail pour la reconstruction de l’Afrique (via le soutien aux enfants de la rue, des veuves et autres). Voilà pour ma part où je vois la diaspora. Il y a beaucoup d’autres choses à dire. Je t’en parlerai certainement dans un autre article. En tout cas, si tu ne l’as pas encore fait, je t’invite véritablement à réfléchir sur ce sujet… de nombreux conseils et témoignages seront promulgués sur mon blog.

En espérant que cet article t’aura plu, n’hésite pas, si tu ne l’a pas encore fait, à télécharger mon E-book « Etude de cas sur l’investissement en Afrique ». Tu peux aussi t’abonner à ma page Facebook et YouTube pour me suivre.

À ton succès !
Joël Kolela

PS : Si tu ne l’as pas encore fait, je t’invite à télécharger gratuitement mon E-book sur les « 7 raisons d’investir en Afrique »
4